Echos du Brexit: Boris Johnson chasse de son parti le petit-fils du grand Winston Churchill

La cuvette du Parlement à Westminster au centre de Londres ressemblait à un tatami hier mardi. Les députés dans leur grande majorité ont décidé de prendre le contrôle du parlement en ce qui concerne le Brexit, provoquant des échanges incandescents entre le gouvernement et l’opposition. Et pour remuer le couteau dans la plaie, 21 membres de son propre parti ont défié le mot d’ordre assorti de menaces pour rejoindre l’opposition et voter contre le gouvernement. Parmi ceux-ci Nicholas Winston Soames, petit fils du legendaire Winston Churchill. Il en est de même de Kenneth Clark, ancien ministre de Margaret Thatcher et chancelier sous John Major, et considéré comme le “père de la Chambre des Communes”, la chambre basse du Parlement” avec a son actif 50 ans de service en tant que député.  Cela a valu a la bande des 21 d’être expulsés du parti créé par Sir Robert Peel.

Deux cuisantes défaites de Boris Johnson en une journée avec en sus la scène irréelle d’un député conservateur traversant allègrement la Chambre devant un Premier Ministre en plein discours pour aller rejoindre en mondovision les rangs de l’opposition. Du jamais vu. Et ce n’est pas tout. Il y a un troisième revers qui pointe à l’horizon. Apres le succès d’hier, les parlementaires de l’opposition et les “renégats” examinent aujourd’hui 4 septembre  un projet de loi visant à retarder le Brexit et surtout empêcher le retrait sans accord de l’Union européenne le 31 octobre. 

Johnson n’aura pour choix que la convocation du corps électoral qu’il prévoit d’ailleurs pour le 14 octobre. Et même là il y a un hic parce que pour le faire, il lui faut 2/3 de support de la Chambre Basse alors que le tory parti est en minorité absolu et ne peut compter que sur le Labour Party de Jeremy Corbyn pour s’en sortir or entre les deux c’est pas le parfait amour.

On n’est pas sortis de l’auberge et l’impasse s’agrandit.

Loin de s’arranger, la situation politique se corse sérieusement au fil des jours. Les premiers jours de son règne s’annoncent chaotiques pour le Premier ministre s’ils ne le sont déjà. Les députés ont voté avec un score de 328 contre 301 une motion autorisant le Parlement à voter pour contrecarrer toute sortie du pays de l’Union Européenne sans accord  avec une marge de 328 contre 301.  L’ancien Maire de Londres a promis la main sur le coeur le retrait de son pays de l’Europe quelles qu’en soient les circonstances au crépuscule du 31 octobre. Au vu de ce qui se passe aujourd’hui, on se  demande comment le remuant leader compte s’y prendre.

Pour rappel, des membres de l’opposition rejoints par les “rebelles” du parti au pouvoir ont formé une coalition sous la férule de Jeremy Corbyn pour en découdre avec Boris Johnson après la décision sans précédent de ce dernier de museler le Parlement pour une période de 5 semaines.

IT

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.